Bilan de la première édition

La première édition du Grand Armorial des CBCS est, sans aucun doute, une réussite. Après trois mois de souscription, la maison d’auto-édition a été contrainte d’annoncer la rupture de stock, le lendemain de la soirée officielle de lancement.

Les 340 exemplaires imprimés sont en effet partis comme des petits pains et ce, à travers le monde : France, Brésil, Canada, Suède, République Tchèque, Roumanie, Serbie, Suisse, Luxembourg, Espagne, Belgique et l’île de La Réunion.

L’auteur remercie d’abord tout particulièrement ses lecteurs, sans qui cela n’aurait pas été possible. Les critiques, unanimes et très positives sur l’ouvrage, sont très encourageantes. Au-delà de la richesse scientifique du contenu et de la beauté de l’ouvrage qui sont soulignées par tous, plusieurs personnes estiment que l’ouvrage pourrait devenir une nouvelle référence incontournable de la recherche historique sur le Régime écossais rectifié. C’est bien évidemment tout le mal que nous souhaitons à ce livre.

L’auteur remercie ensuite, une nouvelle fois, les frères qui l’ont particulièrement aidé dans ce projet : Pierre M., Roger D., le Grand-Prieur du GPRF, Philippe S. et Thierry C..

Une grande gratitude enfin à ces nombreuses institutions maçonniques qui ont apporté leur soutien direct au projet, que ce soit avec la mise à disposition de leur espace culturel, leurs commandes nombreuses, leurs propositions de conférences, leur venue nombreuse à la soirée de lancement, … Citons-là le Musée de la franc-maçonnerie, la Grande Loge Nationale Française, le Grand-Prieuré de France, la Loge Nationale Française, le Grand Prieuré des Gaules, ou encore la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra.

En réponse à ce succès et aux demandes de frères et soeurs souhaitant toujours acquérir l’ouvrage malgré la rupture de stock, nous envisageons actuellement la possibilité d’une nouvelle édition.

Soucieux de la qualité finale de l’ouvrage, nous envisagerions alors de ne pas faire une simple réédition, mais plutôt une édition corrigée. Ainsi, les imperfections repérées (coquilles, fautes d’orthographe), ainsi que les erreurs bibliographiques remontées à l’auteur, seraient ainsi corrigées. Une plate-forme collaborative est envisagée pour que les lecteurs volontaires puissent contribuer en publiant leurs propositions d’errata.