Lancement de la 2e édition, corrigée & augmentée

A la vue de la demande et du succès, une deuxième édition du Grand Armorial des CBCS est envisagée pour la fin de l’année 2017.

Elle devrait être augmentée de quelques nouvelles fiches. Nous chercherons en effet à compléter en fiches biographiques & armoriées les Provinces sous référencées pour l’heure.

Elle sera aussi corrigée. Nous veillerons à des traductions latines de meilleure qualité, aux suppressions de coquilles détectées, etc.

Afin que cette seconde édition puisse être publiée, un projet participatif est lancé, requérant un minimum de 175 souscripteurs.

Nous espérons que la seconde édition intéressera tant de nouveaux lecteurs que des lecteurs de la première édition. 😉

Les détails et le formulaire de souscription sont consultables ici.

Kilwinning Award 2017

Le projet du Grand Armorial des CBCS, lors de la World Conference on Fraternalism, Freemasonry & History (BnF, 26-27 mai 2017), a eu l’honneur d’être récompensé du Kilwinning Award 2017.

Pour rappel, la World Conference on Fraternalism est organisée non pas par des obédiences maçonniques, mais par la Policy Studies Organization, organisme académique américain, qui édite des revues & livres, sponsorise des conférences et produit des programmes.

La World Conference on Fraternalism est ainsi un cycle de conférences internationales et trilingues (français, anglais & espagnol), rassemblant, tous les deux ans, durant deux jours, des chercheurs et des universitaires qui ont menés des études sur le fait maçonnique au sens large.

Ont été proposées, durant l’édition 2017, 61 conférences et tables rondes (voir le détail). Trois prix y sont également remis par un jury : le Bartholdi Award (pour distinguer un étudiant), le Regulus Award (pour récompenser une revue) et le Kilwinning Award (pour récompenser, cette année, le travail d’un jeune chercheur).

Bilan de la première édition

La première édition du Grand Armorial des CBCS est, sans aucun doute, une réussite. Après trois mois de souscription, la maison d’auto-édition a été contrainte d’annoncer la rupture de stock, le lendemain de la soirée officielle de lancement.

Les 340 exemplaires imprimés sont en effet partis comme des petits pains et ce, à travers le monde : France, Brésil, Canada, Suède, République Tchèque, Roumanie, Serbie, Suisse, Luxembourg, Espagne, Belgique et l’île de La Réunion.

L’auteur remercie d’abord tout particulièrement ses lecteurs, sans qui cela n’aurait pas été possible. Les critiques, unanimes et très positives sur l’ouvrage, sont très encourageantes. Au-delà de la richesse scientifique du contenu et de la beauté de l’ouvrage qui sont soulignées par tous, plusieurs personnes estiment que l’ouvrage pourrait devenir une nouvelle référence incontournable de la recherche historique sur le Régime écossais rectifié. C’est bien évidemment tout le mal que nous souhaitons à ce livre.

L’auteur remercie ensuite, une nouvelle fois, les frères qui l’ont particulièrement aidé dans ce projet : Pierre M., Roger D., le Grand-Prieur du GPRF, Philippe S. et Thierry C..

Une grande gratitude enfin à ces nombreuses institutions maçonniques qui ont apporté leur soutien direct au projet, que ce soit avec la mise à disposition de leur espace culturel, leurs commandes nombreuses, leurs propositions de conférences, leur venue nombreuse à la soirée de lancement, … Citons-là le Musée de la franc-maçonnerie, la Grande Loge Nationale Française, le Grand-Prieuré de France, la Loge Nationale Française, le Grand Prieuré des Gaules, ou encore la Grande Loge Traditionnelle et Symbolique Opéra.

En réponse à ce succès et aux demandes de frères et soeurs souhaitant toujours acquérir l’ouvrage malgré la rupture de stock, nous envisageons actuellement la possibilité d’une nouvelle édition.

Soucieux de la qualité finale de l’ouvrage, nous envisagerions alors de ne pas faire une simple réédition, mais plutôt une édition corrigée. Ainsi, les imperfections repérées (coquilles, fautes d’orthographe), ainsi que les erreurs bibliographiques remontées à l’auteur, seraient ainsi corrigées. Une plate-forme collaborative est envisagée pour que les lecteurs volontaires puissent contribuer en publiant leurs propositions d’errata.

Rupture de stock

Victime de son succès, une journée seulement après la soirée de lancement, la maison d’édition a été contrainte d’annoncer une rupture de stock de livres disponibles.

En effet, d’après l’inventaire, plus aucun ouvrage n’est disponible à la vente directe.

Plus aucune commande n’est donc enregistrée et nous réfléchissons à l’opportunité, ou non, d’une nouvelle édition, sous quelle forme, …

Soirée de lancement

Le lancement officiel de l’ouvrage a eu lieu le 14 mars 2017, au Musée de la franc-maçonnerie, à Paris.

Il consistait en une présentation de l’ouvrage par l’auteur, accompagné par Pierre Mollier (préfacier), Alain Sberro (Prieur du Grand Prieuré Indépendant de France – GODF) et Roger Dachez (postfacier).

Cette présentation, qui a accueilli plus de cinquante personnes, a été suivie d’un temps de questions-réponses, d’un pot fraternel & d’une séance de dédicaces.

Critique de J.F. Var

Je tiens à annoncer l’arrivée chez moi de ce qui est véritablement un chef-d’oeuvre, et qui va orner le saint des saints de ma bibliothèque.

Chef-d »oeuvre de présentation, de mise en page, de réalisation.. C’est tout uniment un livre d’art.

Chef-d’oeuvre aussi de science.Notre Ami, au XVIIIe siècle, eût mérité l’approbation confraternelle des bénédictins, les hommes plus savants de leur temps.

Pour les chercheurs, cet ouvrage sera une source de références indispensable. En effet il comporte des notices biographiques et sigillographiques illustrées (en couleurs !) pour tous les CBCS des trois Provinces du Régime rectifié que l’auteur a pu répertorier à partir des sources manuscrites. En outre il propose un « Essai abrégé sur l’Art héraldique au début du Régime rectifié » d’une extrême utilité.

Cet ouvrage présente deux inconvénients. Le premier sera un avantage pour les paresseux : il dispense d’aller chercher ailleurs des références ! Il ne comporte pas moins de 2845 notes ! Et la bibliographie occupe à elle seule 8 pages…

Le second inconvénient, très grave, est qu’il est tellement beau qu’on ne peut qu’hésiter à s’en servir comme outil de consultation courante ! Raison pour laquelle je m’en suis procuré deux exemplaires…

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! L’ambition n’était pas mince, elle est pleinement accomplie. Thomas de la Sore s’inscrit désormais parmi les futurs grands !

Jean-François Var
Eques a Tribus Liliis